exposition itinérante
-A +A
02.03.2020

Expo "Prête-à-porter, Prête-à-poser"

une exposition itinérante portée par l'équipe de Femmes oubliées de l'histoire à travers du 2 au 8 mars.

Imaginons des fils de broderies qui se transformeraient en tentacules ou en poils aux reflets iridescents, évoquant ainsi des créatures étranges venues de planètes lointaines. Imaginons que ces créatures nous invitent à regarder notre réalité différemment, comme elles le font dans la science-fiction.

Imaginons enfin que ces créatures, aliens, cyborgs, monstres, se fassent les échos de messages philosophiques oubliés ou méconnus de penseuses, philosophes, auteures, elles bien terriennes.

Je vous présente ici un singe cyborg inspiré par l'auteure de science-fiction Ursula Le Guin. Lorsqu'elle reçut le prix du National Book Award en 2014, elle fit un discours en appelant aux "réalistes d'une réalité plus large", c'est-à-dire aux personnes capables de déployer leurs imaginaires pour mettre en avant la liberté et l'égalité dans un monde miné par la domination, l'inégalité, les catastrophes (écologiques, humaines, politiques...) passées, présentes, et à venir. Elle est une des bien trop rares femmes dans la science-fiction, majoritairement marquée par une idéologie guerrière, voire sexiste. Elle a déployé dans ses livres des univers galactiques avec des sociétés où le genre et la race ne seraient plus les vecteurs de la domination, où la relation à la nature ne serait plus celle de l'exploitation et de la destruction. Ce singe cyborg au pelage vert est une illustration de son roman Le Nom du Monde est Forêt. Avec lui, j'espère que la science-fiction écrite par une femme, pourtant auteure majeure, pourra rentrer à l'université.

L'autre créature brodée est une pieuvre inspirée par la philosophe féministe et primatologue Donna Haraway. Non seulement la pieuvre fait partie de l'imaginaire des créatures effrayantes des films de série Z, mais aussi des affiches de propagande de la guerre froide : la pieuvre inquiète ! Mais avec Donna Haraway, qui a écrit en 1992 un article intitulé "La promesse des monstres", la pieuvre prend une autre signification et annonce tous les travaux de la philosophe sur le cyborg, les monstres, la relation aux non-humains et à l'environnement, remettant en cause les catégories de la Modernité tels que homme/femme, nature/culture, organique/technique, sujet/objet, et les relations de pouvoir qui en découlent.

Pour lutter contre ces binarismes, il faut tisser des liens inattendus, se pencher sur les figures qui dérangent les frontières tels que les monstres qui habitent les mondes de la science-fiction. Pour se faire, Donna Haraway se réfère d'ailleurs aux écrits d'Ursula Le Guin. Il nous faut imaginer des relations inédites, trouver des compagnon-nes de route pour espérer créer de nouvelles politiques : en pensant de façon "tentaculaire" nous dit Haraway ; en ouvrant le réel nous dit Le Guin.

Voilà donc un singe et une pieuvre à arborer à l'université et ailleurs, pour porter les messages émancipateurs de deux femmes révolutionnaires. Pour le passé, le présent et surtout pour l'avenir.

 

Alice Carabédian

 

 

Alice Carabédian est docteure en philosophie politique, chercheuse associée au LCSP et co-fondatrice de L'Archipel des devenirs - Centre de recherche sur l'utopie. Elle explore les imaginaires de la science-fiction au croisement de différentes pratiques philosophiques, artistiques et littéraires. "Monstre Utopique" est son projet alliant philosophie politique, illustration, science-fiction et broderie.

contact : monstreutopique@gmail.com

Instagram et facebook : monstreutopique